top of page
Rechercher

Yoga Danse : ce qu'on valide et ce qu'on ne valide pas dans le monde du Yoga


Yoga Danse Flow Formation Cours Stages
Yoga Danse

Ce post a pour but de vous expliquer pourquoi j'ai choisi de développer mon propre concept à travers la pratique du Yoga Danse, et non de critiquer la discipline du Yoga.

Je préciser préciser avant que la communauté yogi ne commence à me jeter des tomates à la figure 😂🍅


Retrouvez les informations concernant les formations professionnelles Yoga Danse ici.


1) Mon histoire avec le yoga


J'ai découvert le Yoga en 2015 et j'en suis tombée amoureuse dès le premier cours pour ses effets immédiats et bénéfiques tant au niveau mental, que physique et émotionnel.

La pratique du Yoga m'a sorti d'une phase de down à tous points de vue :


° Physique : parce que je souffrais de dysphasies au niveau des deux genoux, entraînant des douleurs atroces et une incapacité à danser, monter les marches, sauter.. bref j'étais vieille avant l'âge au niveau rotulien !


° Mental : parce que j'eu plusieurs phases d'arrêt de sport, et je venais de passer de 35h par semaine de sport à parfois 1h ou 2 de marche, et mon mental s'est mis à s'agiter dans tous les sens. Telle une droguée, je souffrais de crises de manque assez intenses pas cools du tout.


° Emotionnel : toute cette phase a été plus que traumatisante émotionnellement ; elle m'a demandé de changer de voie et forcément, ça ne s'est pas dans le calme et la paix intérieure !


Tout ça pour vous dire à quel point je respecte la pratique du Yoga, nombreux de ses outils, de ses valeurs...

Mais - et oui parce qu'il y a un "mais" - je ne suis pas non plus d'accord avec toutes les sphères de cette pratique ancestrale, et encore moins avec certains de ses principes.

Et comme nous sommes dans une société ( à priori ) libre d'expression, je vais simplement exprimer mon point de vue concernant certains de ses aspects, ce qui a motivé mon choix de ne pas me cataloguer "yogini" mais plutôt yoga danseuse 🤗


2) Ce que j'ai gardé du Yoga


Et avant de parler du négatif, commençons par le positif - à savoir, ce que j'ai conservé dans le concept Yoga Danse.


° Les postures


Après avoir découvert le Yoga, j'ai rapidement investi dans le livre les 2100 asanas, qui m'a laissé sans voix.

2100 postures à connaître et maîtriser, autant dire une vie pour toutes les réaliser, et un gros travail de lâcher prise pour arrêter de croire qu'on peut toutes les réaliser dans une seule vie 😂


La large variété des postures, leurs différents bienfaits selon les parties du corps est juste impressionnante et permet de

1. ne pas s'ennuyer

2. pouvoir se challenger en fonction de ses envies du moment

3. adapter les séances en fonction de nos besoins physiques


Avec toutes ces postures, on peut vraiment apporter au corps ce dont il a besoin au moment où il en a besoin : sérénité, détente, dynamisme, renforcement musculaire, étirements, mobilité, cardio, etc.


J'ai choisi de garder ces postures dans mes structures de cours, de les travailler au moins une fois de manière statique, et puis de les mouvementer. Soit avec l'énergie du mouvement dansé, soit par le côté répétitif du fitness.


Et ça ne fait que rajouter des bienfaits à ceux des postures du yoga :


- La mobilité apporte de l'amplitude articulaire et de la détente musculaire en plus.

- Le mouvement dansé cultive la fluidité, la légèreté, et le lâcher prise.

- Le combo des deux vise à rajouter un peu de travail cardio pour booster le système cardio-vasculaire.


Autant de notions dont notre corps et notre esprit ont besoin et que certaines formes de yoga statiques semblent délaisser, certains professeurs ou puristes semblent même rebutés par l'aspect dynamique ou dansé / mouvant, qu'on pourrait donner au yoga.

Criant presque à hérésie face à de nouveaux concepts qui fusionnent certaines valeurs et outils à de nouveaux, plus actuels, plus fonctionnels pour la population.


Une population qui, soit dit en passant, souffre pour 90% d'entre eux de douleurs dorsales ponctuelles ou chroniques. Une population de plus en plus sédentaire, qui présente des symptômes liés au manque de mouvement, de tonus musculaire, de souplesse, et d'alignement.


En tant que professeur de sport, faire pratique les élèves en restant longtemps sans bouger dans chaque posture n'est pas une mauvaise idée en soi, ce n'est juste pas le besoin le plus urgent des français à l'heure actuelle.

Et mieux manger, mais ça, c'est un autre sujet...


° La méditation


Personnellement, je pense que c'est l'outil de transformation intérieure le plus puissante que je connaisse - et dieu sait que j'en ai testé !

C'est un moment de recentrage sur soi, sur ses sensations.


Le yoga m'a appris à considérer ces séances comme un luxe que je m'offre pour passer un peu de temps avec moi, mon corps et tout ce qui me traverse à l'instant T.

J'ai compris qu'il ne fallait pas trop s'en demander, mais plutôt chercher à développer la tolérance, l'acceptation et la compréhension vis à vis de soi-même.

J'ai amélioré ma capacité à écouter mes besoins, à définir et respecter mes limites, et à me pardonner facilement.


Et ce travail, ce sont les milliers de petites séances de méditation ( en solo, à l'écoute sur youtube, dans un cours donné ou pris ) et les différentes techniques que je pratique, qui m'ont permis de voir un réel changement intérieur.


De plus, pour les débutants qui n'ont jamais médité et plongé à l'intérieur d'eux-même, la technique de la méditation guidée avant et / ou après une séance de yoga, est une bonne entrée en matière.

La voix du professeur.e nous guide en douceur vers les petites exercices mentaux, comme les mantras et autres visualisations positives, qui permettent de commencer à entraîner le mental à se concentrer sur quelque chose, et donc à se calmer, à arrêter de s'agiter dans tous le sens.


Si vous n'êtes pas convaincu, je vous invite à lire sur internet les centaines de comptes-rendus scientifiques des 10 dernières années concernant les bienfaits de la méditation sur nos problématiques physiques et mentales 🤗


2) Ce que j'ai laissé de côté


° Une certaine forme de rigidité


J'aime avoir un cadre sur lequel m'appuyer pour pratiquer une discipline, mais je n'apprécie que trop peu les dogmes, les principes immuables et les obligations qui en découlent.


Dans le cadre du bouddhisme, chacun est libre de pratiquer quand et comme bon lui semble, et c'est un point fort appréciable pour moi. Mais quand il s'agit de parler de certains types de yoga, notamment les plus ancestraux, c'est moins cool.


Nombreux sont les enseignants que j'ai entendus conseiller leurs élèves de ne pas boire pendant un cours, de ne pas manger avant une séance, ou encore ce qu'ils devraient mettre en place comme attitude, action ou façon de pensée dans leur vie.


J'ai vu des professeurs refuser l'entrée d'un cours à des élèves, transpirants et rouges comme une pastèque, tapis sous le bras, sous prétexte qu'ils arrivaient 5 ou 10 minutes en retard et qu'il fallait faire preuve de respect.

Personnellement, un élève qui se présente à un cours, qui a couru pour arriver à l'heure et qui se fait refuser l'entrée, c'est ça le manque de respect. Mais chacun son point de vue hein 😄


Certains répètent également à quel point c'ést important de pratiquer régulièrement et encore plus quotidiennement, et mettent un point d'honneur à dire qu'ils sont fiers de leur capacité à se régulariser sur leur pratique.

J'applaudis en effet la notion de régularité qui pour moi, constitue un socle, un pilier, une ligne directive dans notre hygiène de vie, mais je ne vote pas pour l'obligation quotidienne de méditer ou faire du yoga, et encore moins de dire aux élèves ce qu'ils doivent faire..


Je préfère de loin me permettre de ne pas avoir envie certains jours de temps en temps, je préfère sauter des séances parce que mon corps semble me demander une heure de sommeil en plus, ou une heure de lecture au lit..


Peut-être que certains hommes sont à l'aise avec cette routine militaire et stable, mais en tant que femme et donc instable hormonalement parlant 😂, je préfère être honnête et vous dire que non, je ne pratique pas chaque jour que Dieu fait. Je pratique très très souvent, et la plupart du temps, c'est juste par envie et besoin.


D'autres professeurs semblent se rigidifier dans leurs propres obligations, passant tout simplement, et uniquement de mon point de vue à moi, à côté de la beauté du côté imprévisible de la vie.


Cette rigidité, on la retrouve bien souvent dans les petits détails qui leur font perdre un temps incroyable, dans les choses insignifiantes auxquelles ils attachent une importance démesurée, dans le besoin de coller au maximum à un protocole qui a plus de 3000 ans d'âge, ou encore dans leur manière de se traiter, souvent avec dureté.


J'ai opté pour une certaine liberté, et cela s'applique également dans la manière dont je traite mes élèves, sans leur dire quoi faire, comment le faire, quand le faire.. sauf si on me demande un conseil, je suis toujours ravie de donner mon avis 😃

Et je les accepte en cours avec une tolérance de 15 minutes de retard (au delà, ils risquent de se blesser sans échauffement).


Mais surtout, je me laisse libre de modifier certains outils, certaines valeurs, en fonction ds nouvelles informations que je recevrai à l'avenir. Je me permets d'adapter, de modifier, de changer des choses en fonction de l'évolution de la connaissance autour de la pratique du yoga, du fonctionnement de l'esprit et du corps.


Pour moi, le yoga doit nous libérer et non nous enfermer. Point.


° Des concepts ancestraux fumeux


Je suis désolée d'être aussi directe mais parlons vite, parlons vrai : il existe certains aspects du yoga qui sont juste bons à jeter à la poubelle pour moi.


En exemple premier : rappelons que c'est une pratique qui a été réservée aux hommes pendant des millénaires, formant une sorte de club sexiste comme il en existe des centaines d'autres, où on boit, on fume, on regarde des filles danser, on joue à des jeux, on discute.. sauf que dans le club yoga, on méditait et on faisait des postures de yoga !

Il y a 5000 ans, les yogis étaient de véritables ascètes qui vivaient à l’écart de tous et menaient une vie de renoncement, à la société traditionnelle d’une part, mais également aux femmes et à tout désir qui risquait de les détourner de leur quête spirituelle.


Jusqu’au début du 20ème siècle, c'était très compliqué pour les femmes de s’initier au yoga. Le véritable point de bascule est survenu dans les années 1930, quand Eugenia Peterson, connue sous le nom d'Indra Devi, une jeune femme russe, se rendit en Inde pour se former aux côtés de Krishnamacharya.

D’abord refoulée par ce dernier, pour qui il était tout simplement inenvisageable d’enseigner le Yoga à des femmes, elle réussit finalement à le faire céder grâce à sa détermination.


Certaines informations concernant la pratique du yoga et le corps de la femme sont donc erronées, comme celles qui conseillent aux femmes de ne pas pratiquer pendant leurs règles. Bullshit total et information absolument infondée scientifiquement, sauf si notre syndrome pré-menstruel nous assassine momentanément et nous empêche de pratiquer, mais sinon, aucune contre-indication.


On entend également parler des postures que les femmes ne peuvent réaliser.

Là encore, je lève les yeux au ciel 🙄 en soupirant.

Que quelqu'un m'explique ce qu'une femme ne peut pas faire physiquement comparé à un homme !


Et puis je ne parlerai que très rapidement de cet égo que l'on appelle "l'égo spirituel" et qui fait penser à certains pratiquants qu'ils sont plus spirituels que d'autres, sous prétexte qu'ils ont lu quelques phrases de sanskrit au cours de leur parcours.

Comme si la spiritualité avait besoin de culture générale et de connaissances pointues...

Comme si ceux qui lisent des livres valent mieux que ceux qui ne font que vivre leur vie..

Personnellement, je pense qu'être en vie suffit pour prétendre à un développement spirituel, ensuite, on peut effectivement s'appuyer sur un livre, une religion, une philosophie et des outils concrèts.


Rappelons pour finir que cet art, mis dans les mains de beaucoup d'hommes à la soif de pouvoir, peut vite devenir une sorte de "secte" où les gurus se croient tous droits sortis de la cuisse de Bouddha et amènent les gens à faire tout et n'importe quoi : dons de sommes d'argent folles, rapports sexuels "quasi" consentis, j'ai même lu un article qui parlait d'un guru avait réussi à convaincre ses fidèles de boire son liquide séminal pour recevoir la grâce divine.

Mais enfin 😱


En conclusion, le yoga est une pratique merveilleuse, mais attention à qui la pratique et l'enseigne surtout.



66 vues0 commentaire
bottom of page